Les yeux

Les nuages glissaient sur ses yeux aveugles,

Se reflétant dans ses pupilles vides.

De loin, on la prenait pour une statue, immobile et têtue.

Mais on comprenait sa méprise,

Quand lentement elle penchait la tête en souriant.

Et d’un « bonsoir » feutré, figeait le monde en un instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :