Ombres

Dans leur exil, les ombres chuchotaient.

Dans leur cœur vibrait un son.

Le son ténu d’une pensée sur une peau nue.

Le son fané d’un geste jamais esquissé.

Le son fragile d’un regret.

Et les ombres amputées de leur corps continuaient à errer.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :